AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Faisons nous si pitié que cela? (Réservé!)

Aller en bas 
AuteurMessage
Sephiroth
Je veux vivre un conte de fées
avatar

Nombre de messages : 129
Localisation : Dans l'appartement 405
Date d'inscription : 11/03/2011

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 400 $
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Faisons nous si pitié que cela? (Réservé!)   Dim 23 Oct 2011, 18:13

C'était sa nuit de travail, encore une fois. Il aimait travailler ici mais préférait définitivement être à l'appartement pour dormir ou asticoter Haruhi. Ce qui était beaucoup plus amusant. Ce soir, c'était lui qui s'occupait du restaurant entier pour toute la soirée. Quoique s'il était seul, c'était qu'il y avait presque personne qui venait ici un mercredi soir, en plein milieu de la semaine.

Il arriva sur les lieux, débarra la porte, y entrait pour aller se changer dans son uniforme, enfin, enfiler son tablier surtout et attacher ses cheveux en une queue de cheval. Sephy détestait faire cela mais c'était pour éviter de mettre des cheveux quand le repas des gens. Compréhensible mais obligation qu'il n'aimait pas. Il s'assura que tout était en place avant de mettre le panneau ''Ouvert'' en marche. Puis, il prit les menus pour les placer à porter de main sur le bar, pour pouvoir les distribuer, avant de s'installer pour servir des boissons. Puis, les premiers clients rentrèrent.

*Bon, et c'est parti pour cette nuit.*

(...)

Ce fut quelques heures plus tard, lorsqu'il faisait sa ronde pour passer des repas, boissons et autres, qu'il remarqua une jeune femme prête a prendre commande. Il se déplaça du bar, avec un menu a la main, avant de lui offrir. Puis, il commença son baratin habituel qu'il servait au client pour leurs commandes. L'ex-général se répétait peut-être pour chaque client, mais cela marchait.


*J'espère qu'elle sera plus intéressante que les autres clients, a ne marmonner qu'a leurs histoires tristes...*

- Bonsoir mademoiselle, je suis Sephiroth et bienvenue au Le Rendez-Vous des Coeurs Brisés. Que commanderiez vous ce soir? Du vin, un cocktail, un repas? Dites moi ce qui vous ferait plaisir.


Il attendit sa réponse patiemment, tout en gardant un oeil sur ce qu'il se passait alentour. Il ne voulait vraiment pas devoir ramasser du vomie, donc aussi bien rester assurer que tout le monde est encore en état de boire.
[C]

_________________


L'ange a une seule aile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irene Adler
Vers l'infini et au-delà!
avatar

Nombre de messages : 484
Age : 159
Localisation : Au numéro 302, où d'autre?
Humeur : plutôt bonne.
Date d'inscription : 07/07/2011

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 1230 $
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Faisons nous si pitié que cela? (Réservé!)   Sam 29 Oct 2011, 17:55

Irène avait finalement réussi à obtenir de Shigure-san un repas au restaurant, et, son humour décalé prenant le pas, il avait choisi de diner avec elle au "rendez-vous des cœurs brisés". Irène en avait entendu parler à plusieurs reprises mais n'y était jamais allée. Elle passa des vêtements plus... discrets que ses habituelles robes victoriennes, c'est à dire un jean et un chemisier noir, et, à la demande de Shigure, s'était rendue seule au restaurant. Cela avait semblé assez étrange à Irène, il faut l'avouer, surtout que Shigure, en plus d'habiter le même étage qu'elle, n'était du genre ni à aimer se rendre seul au restaurant, ni à faire attendre une Dame. Elle arriva sur les lieux aux environs de 20h et contata avec surprise que le restaurant en question était en fait un pub irlandais, comme l'indiquait fièrement une pancarte accrochée sous l'enseigne. C'était un bâtiment décoré de beaucoup de rouge - assez original pour un pub irlandais - et qui se voulait ancien. Le genre d'endroit sombre et discret où l'on pouvait mettre sa vie entre parenthèses, le genre d'endroit qu'elle aimait particulièrement. Aussi, c'est un brin intriguée qu'elle franchit la porte dudit pub. L'intérieur, élégamment décoré sans toutefois tomber dans la surabondance, était tel qu'elle se l'était représenté. Un bois rouge sombre - du cerisier, peut-être? - constituait la majeure partie de l'ameublement, de nombreuses boiseries et tapisseries rehaussaient la froideur de la pierre apparente des murs, et quelques représentations de couples se disputant ou d'éléments typiquement irlandais faisaient honneur au nom et à la parenté irlandaise du nom. L'endroit était presque désert, ce qui, un mercredi soir, n'avait rien de surprenant et elle se faufila sans peine jusqu'à la salle où elle s'installa sur une banquète de cuir, près de la scène. Scène qu'en bonne habituée, elle inspecta un instant. Elle n'était pas très grande mais aurait suffi à une chanteuse pour chanter en solitaire, un peu comme dans ces vieux films où des jeunes femmes à la voix puissantes chantaient dans un cabaret. Irène réalisa alors que bien qu'ayant parcouru les scènes des opéras du monde entier à son époque, elle n'avait jamais chanté dans un cabaret ou, à la manière des chanteurs actuels, dans une salle de concert. Cela devait être assez amusant. Elle soupira en consultant sa montre, 20h17. Shigure était en retard.

* Et bien, je suppose que rien ne m'interdit de prendre un premier verre en l'attendant...*

Le seul serveur - Dieu qu'il était grand ! - se dirigea vers elle d'un pas assuré. Il n'était absolument pas commun. A choisir, même Sebastian passerait plus inaperçu : Il devait faire un bon mètre quatre-vingt, avait un long visage anguleux et des yeux en amande d'une couleur verte à glacer le sang. Ses pupilles d'ailleurs étaient étranges. Irène avait déjà croisé plusieurs personnes avec des yeux étranges, outre son colocataire aux yeux rouges mais aucun avec de tels yeux. Des lentilles de contact, peut-être? Quoiqu'il en soit, ses longs, très longs cheveux blancs mettaient d'avantage en valeur son teint diaphane. Non, il n'avait définitivement rien d'un humain classique. Il lui tendit une carte jaunie par l'usage et se présenta à elle d'une voix presque suave avant de poliment prendre sa commande. Irène consulta un instant sa carte avant de voir ce qui l'intéressait.


" Bonsoir, Monsieur. Je vais prendre un Bloody Mary s'il vous plait."

Mr Séphiroth - un nom étrange, il faut l'avouer - eut un léger sourire et retourna de sa démarche souple à son comptoir où il préparait avec soin le cocktail. Ainsi il y avait d'autres êtres intéressants dans cette ville que Holmes et Sebastian.

* Voyons de quoi Mr Sephiroth est capable; que le jeu commence ! *


[H]

_________________




Un grand merci à Remus et Z pour les chibi-Irene. Je les adore ! Et merci beaucoup à Daffy pour ses superbes avatars ^^


To Sherlock Holmes she is always THE woman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sephiroth
Je veux vivre un conte de fées
avatar

Nombre de messages : 129
Localisation : Dans l'appartement 405
Date d'inscription : 11/03/2011

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 400 $
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Faisons nous si pitié que cela? (Réservé!)   Sam 29 Oct 2011, 22:58

" Bonsoir, Monsieur. Je vais prendre un Bloody Mary s'il vous plait."

Ah! Une amatrice du Bloody Mary? Sephiroth eu un petit sourire a cette idée saugrenue. Il avait toujours trouvé ce mélange de jus de tomate avec de la vodka et autres sauces avait une drôle d'odeur. Il n'avait d'ailleurs pas encore osé y goûté, l'odeur le faisant tenir à distance. Mais c'était la commande et il était contrait d'y obéir. Sephiroth commença donc a préparer cela selon la recette du pub. Car ils avaient une recette apparemment secrète pour le Bloody Mary! Et juste pour celle-ci! Enfin, c'était pas son problème mais cela le titillait. Il en parlerait au patron plus tard. Et s'il refusait, il le ferait lui-même, la nouvelle recette pour une autre boisson et lui montrerait! Non! Oui! Il voulait pas être remarqué encore plus que par son physique! Alors il devait garder un bas profil... Il soupira. Vraiment, il devait se contrôler mieux!

*Alors bon, c'est prêt. Quoique cela devrait pas me surprendre de faire moitié vodka et moitié irish whisky au lieu de simplement vodka. Après tout, c'est un pub irlandais ici! Note a moi-même: En fin de soirée, prendre un Americano. Je crois que j'en aurais de besoin...

Sephiroth finit rapidement le Bloody Mary, puis se décida à le servir. Ou du moins se déplacer pour aller le servir. L'ex-général trouvait cela étrange que la jeune femme était seule. Encore plus du fait qu'elle soupirait fréquemment après avoir regarder l'heure sur sa montre. Quelqu'un oubliait la jeune femme... Et cela allait pas être drôle pour la dite personne quand elle franchirait les portes... Mais sûrement pour lui! Il s'approcha et déposa le cocktail avant de regarder au alentour. Tout le monde était servi, a cette heure-ci personne allait rentrer avant un bon vingt minutes a moins que ce soit un miracle vivant. Il décida qu'il pourrait s'installer pour discuter un peu. Et défaire cette maudite queue de cheval qui lui donnait un mal de tête!

Commençant a détacher l'abomination qui le torturait, il regarda alentour a nouveau. Non, personne qui semblait arriver ou demander de l'assistance. Tant mieux, Sephiroth aurait ainsi une petite pose bien mérité. C'était son droit, surtout pour une nuit entière avec presque personne a s'occuper de! Il demanda de la même voix qu'avant, c'est a dire celle presque suave :


- Excusez-moi mademoiselle, mais cela vous dérange si je vous tiens compagnie en attendant? Cela aiderait sûrement à faire passer le temps en attendant... Enfin, si vous le voulez bien, évidemment. Pendant que j'y pense, pourrais-je avoir votre nom mademoiselle?

*Tiens, sa physionomie est intéressante... Peut-être devrais-je faire un croquis d'elle un de ses quatre... Cela serait intéressant, depuis le temps que j'ai pas touché des crayons autre que pour remplir des formulaires et autres paperasseries... Oui, je le ferais si j'y repense plus tard...

Encore une fois, il sentit son esprit prêt a divaguer, comme quand il laissait son esprit aller sous le contrôle de Jenova, alors qu'elle n'était pas ici. Sephiroth reprit contrôle de son mental, ce concentrant sur ce qui l'entourait et la demoiselle. Mais ce simple fait lui rappelait les paroles d'une chanson à la radio que Haruhi avait dû écouter en boucle deux jours de temps probablement.

*''The secret side of me, I never let you see
I keep it caged but I can't control it
So stay away from me, the beast is ugly
I feel the rage and I just can't hold it

It's scratching on the walls, in the closet, in the halls
It comes awake and I can't control it
Hiding under the bed, in my body, in my head
Why won't somebody come and save me from this, make it end?

I feel it deep within, it's just beneath the skin
I must confess that I feel like a monster
I hate what I've become, the nightmare's just begun
I must confess that I feel like a monster...''

Voilà à quoi cela me rappelle de moi-même. Je me sens comme un monstre...*
[C]

_________________


L'ange a une seule aile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irene Adler
Vers l'infini et au-delà!
avatar

Nombre de messages : 484
Age : 159
Localisation : Au numéro 302, où d'autre?
Humeur : plutôt bonne.
Date d'inscription : 07/07/2011

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 1230 $
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Faisons nous si pitié que cela? (Réservé!)   Sam 12 Nov 2011, 20:48

Le serveur revint bien vite avec la boisson... excentrique qu'avait - volontairement - commandé Irène. Fait assez inhabituel, au lieu de repartir directement derrière son bar comme les autres serveurs, Mr Sephiroth demanda de sa voix suave à tenir compagnie à la belle aventurière. Nul doute qu'elle avait beaucoup de charme, mais un homme tel que lui aurait-il pu y être sensible? Il y a quelques années encore, Irène ne se serait pas posé cette question, elle aurait directement conclu que oui, belle comme elle était, un homme serait forcément tombé sous son charme s'il demandait à lui tenir compagnie. Mais elle avait réalisé que le charme était relatif et que n'y était pas sensible n'importe qui. De plus, ce Sephiroth avait tout d'un être hors-norme, et elle doutait sérieusement que le charme d'une ancienne chanteuse tombée dans l'oubli ne le touche... Elle commença à imaginer de nombreuses théories sur l'identité et la provenance de cet homme étrange. Un discret raclement de gorge la ramena à la réalité, il attendait une réponse et elle devait rester polie quoiqu'il arrive, bonne éducation oblige. Elle acquiesça distraitement pour donner son autorisation au serveur et le regard qu'il posa sur elle sembla confirmer sa thèse première. Mais elle sentait que quelque chose clochait.

* Oh, Irène, tu te fais des idées. Tu as trop souvent joué à des jeux dangereux pour devenir paranoïaque ainsi. Il a seulement remarqué que tu étais seule et attendais quelqu'un et veut te remonter le moral...*

Cependant Sephiroth avait posé sur elle des yeux scrutateurs qui lui firent discrètement hausser un sourcil. Elle but une rasade de son Bloody Mary tout en observant discrètement le serveur qui semblait se noyer dans de sombres pensées.


" Quelque chose ne va pas? Vous semblez bien... sinistre. Peut-être ai-je dit ou fait quelque chose de mal?"

Elle plongea ses yeux gris dans le regard d'émeraude de son interlocuteur, tâchant d'y lire une expression moins triste.

[H]

_________________




Un grand merci à Remus et Z pour les chibi-Irene. Je les adore ! Et merci beaucoup à Daffy pour ses superbes avatars ^^


To Sherlock Holmes she is always THE woman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sephiroth
Je veux vivre un conte de fées
avatar

Nombre de messages : 129
Localisation : Dans l'appartement 405
Date d'inscription : 11/03/2011

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 400 $
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Faisons nous si pitié que cela? (Réservé!)   Dim 13 Nov 2011, 05:07

Entendre la dame lui parler le sorti de ses pensées. Il haussa un sourcil, la regardant d'un regard clairement amusé. C'était l'effet bulle comme il l'appelait. Quand il se laissait volontaire perdre dans ses pensées, il se formait une bulle mentale et en sortait que si seulement quelqu'un la crevait. Et cette fois-ci, c'était la dame qui l'avait fait sans même le savoir. Ce qui l'amusait grandement. Genesis arrivait seulement a briser sa bulle avec du Loveless, horreur totale pour ses oreilles et Angeal n'avait qu'a le menacer d'aller chercher Genesis. Le fait qu'elle y était arriver a rien montrait son changement de nature qui se faisait peu a peu.

- La seule chose que vous avez oublier, c'est de mentionner votre nom. Mais sinon, rien. J'ai juste laisser mes pensées aller, ce qui n'est pas nécessairement une bonne chose. Inquiétez vous pas, je vous regardais surtout car vous seriez une personne intéressante a dessiner... Et sûrement à découvrir, je suppose. Tant que vous commencez pas à me réciter du Loveless, vous ne risquez rien.

Le Loveless a lui seul pouvait le rendre violent ou presque. Il détestait cela à mourir, d'une part lui rappelant du temps ou Genesis et Angeal étaient encore amis, mais surtout parce qu'il trouvait cela tellement futile à ses yeux. Il voulait juste pas s'en rappelez.

Il se mit a rire a voix basse à la tête que Irene fit lorsqu'elle l'entendit parler que juste réciter quelque chose pouvait être dangereux apparemment. Sephiroth n'avait pas l'intention de lui faire du mal, de toute façon, il en avait eu sa dose pour durer sa vie entière et même plus. Mais il était intrigué de pourquoi elle ne semblait pas effrayer de ses yeux, car il avait bien remarqué qu'elle avait vu, réellement vu ils avaient l'air de quoi. Mais après tout, il venait de s'en rendre compte, elle devait plus le prendre pour inoffensif...

Sephiroth sorti alors son calepin de dessin qu'il avait toujours avec lui, et commença a griffonner dessus, ayant mit au préalable ses lunettes de lecture. Il avait définitivement de la difficulté avec sa vision de proche pour se genre de détail...

Après qu'il eu griffonner pour quelques minutes, il recommença à parler :


- Alors, quel est votre nom? Histoire que je l'écrive sur votre portrait...

Il eu un sourire en coin avant de tourner son calepin, pour montrer ceci.

(HJ: Voilà, cadeau! C'est la raison que la réponse à été longue, je l'ai fait pendant le dessin, donc sa allait moins vite ^^)
[C]

_________________


L'ange a une seule aile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irene Adler
Vers l'infini et au-delà!
avatar

Nombre de messages : 484
Age : 159
Localisation : Au numéro 302, où d'autre?
Humeur : plutôt bonne.
Date d'inscription : 07/07/2011

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 1230 $
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Faisons nous si pitié que cela? (Réservé!)   Lun 14 Nov 2011, 23:54

[HJ: Merciiiiii!!! Elle est trop belle!! Tu appelles ça prendre du temps à répondre? C'est allé super vite!]

Le serveur eut, pour Irène, une réponse pour le moins obscure. Ou plutôt, si le début en était parfaitement clair, la dernière phrase fit s'écrouler les certitudes de l'ancienne actrice. Avant qu'elle n'ait pu se questionner sur le nom qu'elle allait lui offrir - fallait-t-il donner un pseudonyme une fois de plus ou son nom réel ? - il était reparti dans de sombres pensées. Pensées qui, d'après le regard qu'il lui lança rapidement, devait la concerner. Il eût un petit rire discret, signe qu'il avait noté la perplexité qui la tiraillait à la mention de ce «loveless». Elle lut à son tour une certaine surprise dans les yeux de Sephiroth, sans doute liée à son absence de question au sujet de ses yeux étranges ou de ses longs cheveux argents. Mais, malgré ces détails peu communs, Irène décida de lui accorder une relative confiance. Il était certainement un homme dangereux, lorsqu'il le fallait, mais ses intentions pour elle ne le semblaient pas le moins du monde. En fait, il semblait intrigué par elle autant qu'elle l'était pas lui...

Soudain, il bougez, interrompant le cours des pensées de la jeune femme. Il mit de fines lunettes élégantes, apparemment usitées pour lire ou lorsqu'il fallait se concentrer. Irène se demandait le but de cette manœuvre lorsqu'il sortit un carnet et en tourna les pages. Aux nombreuses pages noircies de crayon, la belle aventurière comprit qu'il s'agissait d'un carnet de dessin. Et qu'elle serait le modèle du jour, comme il l'avait annoncé à demi-mots quelques minutes auparavant. Elle le regarda s'affairer avec intérêt, sans prendre de pose particulière, mais si elle voyait le crayon bouger avec une impressionnante vitesse, ce qu'il en résultait sur le papier restait un parfait mystère pour elle. Au bout de quelques minutes, l'homme s'étira brièvement en lui demandant son nom. Elle n'eut pas le temps de répondre que déjà il fit glisser sur la table son œuvre.

C'était un superbe portrait d'elle, très fidèle, dont les deux grands yeux intelligents étaient le point central. Ils attiraient toute la lumière et soulignaient agréablement le contour de son visage, particulièrement mis en valeur par la pose de ¾. Ses lèvres, épaisses et bien dessinées, étaient les suivantes à fixer l'attention. Son nez fin, ses longues boucles brunes dissimulant partiellement ses oreilles délicates, ses sourcils fins et ses vêtements complétaient avec perfection le tableau. Irène fut, bien qu'elle ne le montra pas, en fait assez touchée par ce magnifique portrait d'elle qu'il lui avait aussi obligeamment offert. Elle leva vers lui ses grands yeux clairs et lui adressa quelques mots avec un sourire lumineux


«Je suis touchée par cette attention, Monsieur. Vous pouvez écrire Irène. Irène Adler.»

Elle rebut une gorgée de son Bloody Mary sans grimacer, cette fois. Elle ne prêtait déjà plus attention au goût. Elle tenait de comprendre cet homme mystérieux qui semblait avoir, par son crayon, percé son âme et l'avoir couchée sur ce morceau de papier.

«Vous allez sans doute trouver cela étrange, mais puis-je vous poser une question, Monsieur Sephiroth?»

H

_________________




Un grand merci à Remus et Z pour les chibi-Irene. Je les adore ! Et merci beaucoup à Daffy pour ses superbes avatars ^^


To Sherlock Holmes she is always THE woman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sephiroth
Je veux vivre un conte de fées
avatar

Nombre de messages : 129
Localisation : Dans l'appartement 405
Date d'inscription : 11/03/2011

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 400 $
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Faisons nous si pitié que cela? (Réservé!)   Jeu 17 Nov 2011, 06:08

Il eu un petit rire franc, tout en faisant aller son crayon pour écrire le nom de la dame, avant de signer le sien plus bas sur la page. Ne venait-elle pas réaliser entièrement ce qu'elle venait de dire? Il se contenta de hausser un sourcil avant de répondre d'une voix remplie d'ironie :

- Mais Irène, ne venez justement pas de me poser une question? Quoiqu'une deuxième ne me dérangerais pas, par contre, ne vous sentez pas offenser si je n'y prend pas la peine d'y répondre.

Sephiroth était intrigué. Quel était cette question qu'elle souhaitait lui poser? Après tout, elle avait toute une gamme qui était à sa disposition, alors une seule? Cela serait un choix dur. Du moins, pour elle, car il avait tout son temps. Même la probabilité trop élevé de se faire poser d'autres questions supplémentaires ne le dérangeait pas réellement. Dévoiler de son passé ou quelque chose de semblable allait le faire partir, dans un sens. Enlever le poids de tout ce qu'il avait vécut même si cela ne partirait pas pour toujours. Il ressentirait toujours coupable de ce qu'il avait fait. Si seulement il avait plus rechercher et non avoir prit des recherches vieilles d'il y a des années! Il secoua sa tête de ses pensées malsaines avant de se concentrer, sur les paroles qu'Irène avait dite.

Mais il pencha sa tête de côté distraitement. Elle venait-elle pas de dire...?


- Mais pourquoi donc cela serait-il étrange que vous me posiez une question?

Sephiroth comprenait pas le raisonnement qui avait emmener à penser que de poser une question pouvait être étrange. A moins que la question n'ait aucun sens ou ait l'air ridicule, ce qu'il en doutait, il voyait pas. A moins aussi qu'elle lui demande si c'est un alien... Encore une... Par contre, faut pas penser comme sa, c'est mauvais. Méchant Sephy!

Ses yeux se durcirent quelques secondes, avant de reprendre leur éclat naturel. Il devait avoir son esprit de général s'il voulait survivre on dirait! Pas de pensées sauf si nécessaires et logiques. Analyse, théorise et réagit. Et ne pas foncer dans le tas comme un certain Cloud! Tel était sa devise. Il devait la maintenir, s'il voulait rester saint d'esprit. Il se le devait. D'essayer.
[C]

_________________


L'ange a une seule aile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irene Adler
Vers l'infini et au-delà!
avatar

Nombre de messages : 484
Age : 159
Localisation : Au numéro 302, où d'autre?
Humeur : plutôt bonne.
Date d'inscription : 07/07/2011

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 1230 $
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Faisons nous si pitié que cela? (Réservé!)   Jeu 17 Nov 2011, 23:58

Il ne répondit d'abord que par un petit rire tout en inscrivant au bas de la page le nom de son modèle ainsi que sa propre signature. Il semblait amuser de la situation, bien qu'Irène ne vit pas le moindre humour dans ses propos.

Les temps avaient bien changé, depuis son époque. A vrai dire, la question qu'elle avait formulée tenait plus de la permission que de la question proprement parler,était donc partiellement rhétorique, et de ce fait, elle n'attendait pas ce genre de réponses. Qui plus-est, cette permission était une façon polie de demander si une question plus... personnelle que celles que l'on pose de coutume aux inconnus n'aurait pas été inconvenante. Cependant, Sephiroth ne sembla pas se formaliser de cette courtoisie et invita librement la jeune femme à s'exprimer. Il se demandait d'ailleurs très vraisemblablement quelle était cette question, et semblait l'attendre. Ou Plutôt, semblait l'espérer. Y'avait-il quelque chose dont il aurait désiré parler, mais qu'il ne voulait pas aborder ainsi avec une inconnue ? Voilà qui changeait singulièrement la donne...


" - Ce n'est pas tant le fait de poser une question, mais la question elle-même, qui, je le crains, risque de vous étonner. Il y avait bien une question que je voulais vous poser, mais quelque chose en vous me dit qu'il y a certaines choses dont vous souhaitez parler d'abord, alors permettez-moi de transformer mon interrogation. D'où venez-vous, ou plutôt quel est ce lourd secret que vous vous évertuez à cacher et qui semble tant vous peser?"

Irène était loin d'oublier que, pour le serveur, elle n'était qu'une inconnue, une cliente comme une autre, et que, par conséquent, la probabilité d'une réponse était quasi-nulle. Cependant, le fait qu'elle soit apparemment presque une cliente comme une autre et celui selon lequel sa route ne recroiserait peut-être jamais celle de Sephiroth joueraient-ils en sa faveur. La belle actrice avala donc une nouvelle rasade de sa mixture en plongeant son regard d'acier dans les yeux d'alien – oui, c'était le mot juste – de l'élégant barman.
[C]

_________________




Un grand merci à Remus et Z pour les chibi-Irene. Je les adore ! Et merci beaucoup à Daffy pour ses superbes avatars ^^


To Sherlock Holmes she is always THE woman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sephiroth
Je veux vivre un conte de fées
avatar

Nombre de messages : 129
Localisation : Dans l'appartement 405
Date d'inscription : 11/03/2011

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 400 $
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Faisons nous si pitié que cela? (Réservé!)   Mar 29 Nov 2011, 02:56

Sephiroth eu un petit rire douloureux à la question. Voilà où elle en voulait en venir. Cela avait beaucoup de sens effectivement. Vouloir savoir son passé a lui pour de vrai et non pas se faire une opinion avec des rumeurs ou carrément l'ignorer. Cela faisait... différent. Et étrangement rafraichissant, comptant le fait qu'elle pourrait après partir en courant en hurlant.

Il joua avec le crayon entre ses doigts, le faisant tourner autour et passant autour. Ses sourcils se froncèrent à voir comment structurer ce qu'il allait dire pour que cela aille du sens. Aussi bien commencer par le point de départ et si elle voulait plus, bien elle l'aurait. Meilleure approche dans son opinion.


- C'est fort simple. Ma propre existence à été créer en laboratoire, dans des flacons, sans être réellement voulu. Ils avaient trouvés une femme enterrer il y a cela des siècles si ma mémoire est bonne, en fait, deux milles ans avant, qui avait appelé Jenova. Elle était supposément une ancêtre d'une race qui existe plus aujourd'hui, quoique aujourd'hui je sais ce n'est pas le cas. La race était des Cetras, êtres venus coloniser l'endroit avant même la naissance du premier être humain, et qui n'avait pas été capable de repartir. Ils se sont fondus et morts dans la population, ne laissant plus de traces d'eux sauf de leurs maisons et technologies qui avaient survécus à l'atterrissage et au temps.

Bref, il voulait refaire un Cetra de pur souche afin de trouver un endroit appeler la Terre Promise. C'était là où les Cetras devaient aller et trouver. Ils disaient que c'était l'endroit où ils trouveraient ce qu'ils cherchaient je crois. Et la société de l'époque croyait que cela serait un endroit rempli d'une source d'énergie incomparable, en abondance tel qu'il en manquerait jamais. Justement, pour arriver a ce but, ils créèrent ce qu'ils crurent être un Cetra et un futur combattant dit parfait, une marionnette à leur disposition pour leur société , moi, le projet Jenova. Donc oui peut-être, j'ai raison d'avoir une mine sombre.


Il vit un client lever son bras pour commander a nouveau, donc il leva sa main pour faire un signe de l'attendre une minute, le temps qu'il aille servir au client un Gin Tonic, ayant pendant son trajet rattaché ses longs cheveux argentés, avant de revenir s'asseoir près d'elle. Il eu un sourire faible, qu'on pourrait qualifier de timide. Sephiroth espérait d'ailleurs ou pas, il n'arrivait pas à garder son esprit sur un des deux choix, qu'Irène note la manière qu'il parlait, comme si c'était une autre planète et que c'était trop étrange pour être normal.
[C]

_________________


L'ange a une seule aile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irene Adler
Vers l'infini et au-delà!
avatar

Nombre de messages : 484
Age : 159
Localisation : Au numéro 302, où d'autre?
Humeur : plutôt bonne.
Date d'inscription : 07/07/2011

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 1230 $
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Faisons nous si pitié que cela? (Réservé!)   Sam 03 Déc 2011, 17:26

Le serveur sembla quelque peu contrarié de cette question. Irène se renfrogna intérieurement. Elle avait été d'une grande maladresse et allait devoir se faire pardonner. Cependant cette situation ne paraissait pas tant déplaire à Sephiroth qu'elle aurait pu... Il émit un petit rire étrange et fit machinalement tourner son crayon entre ses doigts, comme s'il tentait d'éclaircir et de rassembler ses idées. Au bout de quelques minutes il commença un étrange récit. L'histoire la plus étrange qu'Irène ait jamais entendue. Au début, elle crut à une plaisanterie, ou qu'il se moquait d'elle, après tout, ils ne se connaissaient pas... Mais quelque chose vibrait en lui, sa voix sonnait d'une note de sincérité. Alors elle se mit à croire à son histoire. Elle nota mentalement avec attention chaque mot qu'elle entendait, tachant de les organiser et de leur donner un sens. Ainsi cet homme était « né » de façon artificielle et avait été un pantin. Voilà qui expliquait effectivement son air étrange et le regard ambigu qu'il portait sur les autres êtres humains. Détail important qu'elle mit de côté : il avait aussi été un combattant, donc potentiellement dangereux... Cependant Irène ne prit pas peur. Non, elle réalisa alors autre chose. Le remord de cet homme, plus que d'avoir été le jouet de savants fous, était sans doute provoqué par quelque chose qui s'était passé ensuite. Après tout il était un être supérieur, créé en laboratoire, entraîne à combattre et à tuer, et placé dans les mains de personnes visiblement mal intentionnées... Cela avait du avoir de terribles conséquences. Finalement c'était une chance qu'il l'ait réalisé et se soit – du moins c'était fort probable – révolté contre ses créateurs. Mais ces événements avaient du être terribles pour lui et avaient de toute évidence laissés des marques indélébiles dans son âme. Ceci expliquerait tout et répondrait à toutes les questions qu'elle s'était faite à son sujet.

Maintenant qu'elle comprenait mieux ce qu'avait vécu son interlocuteur, elle parviendrait plus facilement à nouer des liens avec lui, elle le savait, et déjà une certaine compassion se développait à son égard. Mais, pouvait-elle vraiment se permettre d'avoir un geste de sympathie pour lui, ou risquerait-il de se sentir blessé et rabaissé par un tel acte ? La belle aventurière reposa sur lui un regard radouci. Ou plutôt, voulu reposer. « La » femme réalisa en effet que le serveur avait disparu, sans doute honteux de cette confidence. Elle baissa la tête et soupira mais un mouvement près d'elle la lui fit relever. Sephiroth était revenu s’asseoir à côté d'elle et la regardait avec un sourire gêné. Il avait de nouveau rattaché ses cheveux et avait donc probablement seulement servi un client. Une vague d'émotions frappa Irène. Vague qu'elle parvint à repousser entièrement ou presque. Une affirmation cependant s'imposa à elle. S'il était revenu, alors c'est qu'il lui accordait sa confiance. Il ne craignait visiblement pas son jugement, et avait couru le risque, en s'ouvrant ainsi à elle, qu'elle tente de retrouver ses anciens tortionnaires qui vivaient très probablement encore, et qu'elle ne le leur rende leur création. Cet homme si sombre lui accordait si naturellement sa confiance... Elle en fut touchée. Elle eut un sourire assuré et compatissant pour le serveur et lui répondit d'une voix douce.


«  - Je comprends mieux, maintenant. Et... »

Elle s'interrompit. Un geste, un sel geste pour lui prouver sa gratitude et sa sympathie pour lui. Encore fallait-il qu'il le reçoive comme tel et nono comme de la pitié. Elle se décida finalement et posa doucement sa main sur l'épaule du serveur.

« - Je suis navrée de ce qui vous est arrivé, sincèrement. »

Nouveau silence. Elle retira sa main et planta son regard dans les yeux de Sephiroth. Aucune lueur de défi ou de méfiance cette fois, seulement de la gentillesse et de la gratitude.

«  - Je vous remercie de la confiance que vous m'accordez en prenant le risque de me parler si librement. »

Seulement quelques mots brefs. C'était bien peu, mais les sentiments perdent toujours de leur force une fois longuement exprimés. Et elle doutait que le serveur ait réellement envie d'entendre une longue tirade. Alors elle préféra rester muette, persuadée que sa présence serait plus efficace que n'importe quel mot. Elle espérait seulement que ce calme ne le mettrait pas mal à l'aise et qu'il veuille s'en aller. Elle l'aurait bien sûr laissé faire, mais il est rare de trouver des personnes de confiance de nos jours et elle serait déçue de perdre le premier qu'elle croise dans cette nouvelle vie. D'autant plus qu'elle aussi pourrait se confier à lui, si elle en ressentait le besoin ou s'il le désirait pour rééquilibrer leur relation. Elle attendit presque anxieuse la réaction de cet homme pas comme les autres.
[C]

_________________




Un grand merci à Remus et Z pour les chibi-Irene. Je les adore ! Et merci beaucoup à Daffy pour ses superbes avatars ^^


To Sherlock Holmes she is always THE woman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sephiroth
Je veux vivre un conte de fées
avatar

Nombre de messages : 129
Localisation : Dans l'appartement 405
Date d'inscription : 11/03/2011

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 400 $
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Faisons nous si pitié que cela? (Réservé!)   Sam 24 Déc 2011, 21:07

Il eu un léger sourire, tout en retenant la main de la dame qu'elle avait déplacée pour la remettre sur son épaule. Cela ne le dérangeait pas, même si c'était étrange, incongru. Il se permit même un petit rire silencieux en voyant l'expression d'Irène après son geste. Par contre, Sephiroth n'aimait pas l'atmosphère que son petit bla-bla avait laissé en place. Ce n'était quand même pas l'heure de fondre en larmes!

Rapidement, il eu une idée qui fit briller ses yeux de malice, sans qu'elle soit mauvaise. Son idée de comment retourner la situation pourrait sembler incongru, voir étrange, mais ainsi, l'ambiance de tristesse et de larmes sans fin allait sûrement s'estomper. Il était entrainé pour se battre, pas pour essuyer des larmes! Un sourire en coin apparut sur ses lèvres avant de commencer son revirement de situation.


- Alors ma chère, puis-je avoir l'honneur d'entendre un secret croustillant de votre part? Après tout, puisque nous sommes dans un moment de confidence si profond, pourquoi ne pas échanger de nos plus profonds secrets? Alors, vu que je suis allé en premier pour ce genre de secret, cela ne serait-il pas votre tour d'en faire autant? Ne vous inquiétez pas, cela n'a pas besoin d'être vôtre secret le plus noir pour commencer, ni le plus embarrassant, puisque ce n'était visiblement pas le mien. Je suis toute ouïe pour vous, dearest.

Sephiroth cala confortablement son bras contre la table, accotant sa tête dans le creux de sa paume. Son regard était braqué sur Irène, y portant son attention entière. Il espérait juste que la personne qu'elle attendait ne rentrerait pas à ce moment là, car même si c'était par pur courtoisie qu'il lui tenait compagnie, cela voulait dire également qu'ils n'auraient pas de temps pour échanger plus d'informations que souhaité. Même si en même temps, il pourrait gagner différents types d'informations en restant autour tout en servant les clients.

Il sentait que ses pupilles devaient le trahir un peu pour son attention, car l'ex-général les sentaient s'affiner, devenir encore plus félin. Il espérait que cela ne l'inquiéterait pas. Il n'était pas le seul à avoir des yeux étranges ou incongrus, il en était conscient, mais les siens ressortissaient définitivement du lot. Enfin, cela serait à voir.


- Ne vous inquiétez pas, dearest, je ne mords pas. Si c'était le cas, cela ferait déjà quelques minutes, sinon plus, que cela ce serait produit. Et puis, il n'y a pas de réel raison de ne pas me faire confiance, je crois. La seule avec qui je pourrais parler de ce dit ''secret'' ne me crois pas de toute façon, pour ne pas dire qu'elle n'écoute juste pas. Et puis, après tout, pourquoi je trahirais la confiance de quelqu'un? Je n'ai rien à y gagner et tout a y perdre.

Un petit rire silencieux conclut sa remarque, sans pour autant détourner son attention.
[C]

_________________


L'ange a une seule aile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irene Adler
Vers l'infini et au-delà!
avatar

Nombre de messages : 484
Age : 159
Localisation : Au numéro 302, où d'autre?
Humeur : plutôt bonne.
Date d'inscription : 07/07/2011

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 1230 $
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Faisons nous si pitié que cela? (Réservé!)   Sam 07 Jan 2012, 21:14

Séphiroth prit la main de la belle aventurière pour la remettre sur son épaule. Apparemment cela ne le dérangeait pas, bien au contraire. Irène sentit cependant un malaise, sans doute lié au lourd silence qui pesait sur eux. Mais soudainement le serveur releva la tête et posa sur elle un regard où brillait la malice.

- Alors ma chère, puis-je avoir l'honneur d'entendre un secret croustillant de votre part? Après tout, puisque nous sommes dans un moment de confidence si profond, pourquoi ne pas échanger de nos plus profonds secrets? Alors, vu que je suis allé en premier pour ce genre de secret, cela ne serait-il pas votre tour d'en faire autant? Ne vous inquiétez pas, cela n'a pas besoin d'être vôtre secret le plus noir pour commencer, ni le plus embarrassant, puisque ce n'était visiblement pas le mien. Je suis toute ouïe pour vous, dearest.

Ainsi il voulait en apprendre plus sur elle? Bien, après cela c'était naturel mais l'ancienne actrice ne savait pas encore quel secret lui dévoiler. elle jaugea un instant son interlocuteur du regard, la moindre fibre de son être semblait tendue vers elle tant il était curieux et impatient de connaître quelque chose sur Irène qu'il serait le seul à part elle à savoir, et il faut bien avouer que l'ancienne actrice se sentit flattée. Il avait posé son bras sur le dossier du canapé de cuir sur lequel il était assis et avait calé sa joue dans la paume de sa main, ses yeux félins braqués sur elle. Si Shigure-san était arrivé à ce moment, il aurait sans doute cru que finalement la belle aventurière l'avait remplacé. Remplacer... Voilà un secret amusant à révéler ! Elle ouvrit la bouche pour répondre mais déjà Séphiroth reprenait.

- Ne vous inquiétez pas, dearest, je ne mords pas. Si c'était le cas, cela ferait déjà quelques minutes, sinon plus, que cela ce serait produit. Et puis, il n'y a pas de réel raison de ne pas me faire confiance, je crois. La seule avec qui je pourrais parler de ce dit ''secret'' ne me crois pas de toute façon, pour ne pas dire qu'elle n'écoute juste pas. Et puis, après tout, pourquoi je trahirais la confiance de quelqu'un? Je n'ai rien à y gagner et tout a y perdre.

- A vrai dire, Monsieur Sephiroth, je cherchais seulement un secret digne de votre intérêt.

Irène sourit avant de reprendre.

- Mon enfance, contrairement à la vôtre est banale à pleurer et je doute que quelconque épisode puisse éveiller chez vous le moindre intérêt. En revanche, lorsque je suis devenue adulte, ma popularité et le succès dont je jouissais, en Europe en particulier, par ma carrière de chanteuse et mon physique... attrayant, m'a amené à vivre des épisodes assez cocasses. Comme celui de Prague. Vous comprendrez cependant que par discrétion pour l'homme concerné, je préserverai son nom.
C'était en 1883 et j'étais alors Prima Donna à l'opéra de Varsovie. Je vois à votre mine surprise que vous ne vous attendiez pas à ce que je sois si âgée, ce que je comprends. Je serais bien incapable de vous fournir une explication rationnelle mais il se trouve que je n'ai pas vieilli ni pris la moindre ride depuis presque 120 ans et que donc je ne suis pas morte comme je l'aurais dû. Je n'ai aucune explication à ceci. Mais gardons cela pour une autre fois. En tant que Première Dame - ce qui à l'époque voulait dire une grande influence dans les milieux artistique et politique - j'ai été amenée à fréquenter de nombreuses têtes couronnées dont le futur roi de Prague. Il tomba rapidement sous mon charme, et ayant face à moi un homme d'une rare élégance, tant mentalement que physiquement et doté d'une éducation admirable, Prince obligeant, je le laissai me courtiser. Jusqu'à ce qu'une photo quelque peu... compromettante de nous soit prise. Il devait épouser d'ici quelques années l'une des princesses de Scandinavie dont les principes moraux et religieux quelque peu conservateurs étaient connus de tout le continent. Navré de ne pouvoir m'épouser puisque je ne suis pas d'ascendance royale et fâché de devoir épouser Clothilde Lothman de Saxe-Meningen de son nom, il devint avec le temps amer et rustre. Un jour, je décidai de le quitter et partis m'installer en Angleterre avec la photo où je vécus pendant cinq ans une vie retirée et calme. Jusqu'au jour où...


Irène se tut le temps de reprendre une respiration calme. Ce souvenir était chargé de sentiments contradictoire et elle but une gorgée de son cocktail pour rafraichir sa gorge. Elle put ainsi vérifier qu'elle avait toujours l'attention de son auditeur.

Jusqu'au jour où un charmant homme d'église me protégea lors d'une bagarre de rue, à ses risques et périls. Je ramenai le blessé chez moi mais un incendie se déclara et je ne pus lui prodiguer les soins nécessaires. Cet incident me fit même révéler à cet homme l'endroit où je cachais ladite photo. Quand je revins dans le salon, le clergyman avait disparu. Lorsque je compris à quel point je m'étais trahie devant lui, et que l'incendie était factice, j'ai compris qu'il s'agissait du grand détective Sherlock Holmes contre lequel j'avais été mise en garde. Je me suis déguisée en homme et suis allée le saluer chez lui avant de repartir pour le continent avec mon nouveau mari. Aussi lorsqu'il arriva chez moi le lendemain à l'aube, il ne trouva qu'une maison vide et à la place de la photo une lettre et une autre photo de moi. J'ai appris par la suite que comme je le craignais, ce cher futur roi est allé quémander l'aide de Mr Holmes pour retrouver la photo et que ce dernier, considéré aujourd'hui encore comme le meilleur détective de tous les temps, a non seulement assisté de façon anonyme à mon mariage mais en plus en a été le seul et unique témoin. Avouez que c'est plutôt cocasse...

Irène sourit de nouveau et avala le reste de sa boisson. Elle sourit intérieurement à la mémoire de ce souvenir si particulier à ses yeux et se demandait ce que Sephiroth en penserait.
[C]

_________________




Un grand merci à Remus et Z pour les chibi-Irene. Je les adore ! Et merci beaucoup à Daffy pour ses superbes avatars ^^


To Sherlock Holmes she is always THE woman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sephiroth
Je veux vivre un conte de fées
avatar

Nombre de messages : 129
Localisation : Dans l'appartement 405
Date d'inscription : 11/03/2011

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 400 $
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Faisons nous si pitié que cela? (Réservé!)   Ven 24 Fév 2012, 04:14

Il ne put retenir son rire amusé de la fin de l'histoire. Effectivement, c'était ironique, ou ''cocasse'' comme elle le disait si bien. Il semblerait que la dame avait un don pour se mettre dans le pétrin et arrivait quand même à s'en sortir. C'était définitivement de la chance, décida-t-il. Mais une belle chance. Même avec son âge avancé, du moins par la date donné, elle pourrait être grand-mère déjà assez facilement. C'était pas de la magie à l'œuvre, il en était sûr, mais pas de la technologie non plus. Même à son temps ils ne sont pas rendu à ce point, même avec le clonage... Étrange, mais il ne ce laissa pas plus longtemps dérangé par ce fait.

- Sherlock Holmes? A vrai dire, il est peut-être extrêmement reconnu ici, mais avant cette histoire j'ignorais son existence même. Faut dire que chez moi, tout est question d'argent, de pouvoir et de survie, beaucoup plus qu'ici. Au point que peu ce permettent réellement le temps de connaitre des légendes comme lui. Quoique je dois me contredire d'une certaine façon... Car j'en étais une d'entre elle, de légende. Enfin!

L'ex général se surprenait lui même à faire du commérage avec Irène. Ce n'était pas du tout son genre, mais cela lui faisait du bien d'en laisser sortir un peu. Il doutait qu'un jour quelqu'un le connaîtrait entièrement, mais il pouvait quand même essayer ou du moins espérer qu'un jour il soit assez en confiance avec quelqu'un pour faire de même.


- Mais encore là, j'en suis une, mais pas nécessairement pour les bonnes raisons, du moins, vers la fin... Enfin bref, ce n'est plus si important. A moins qu'un de mes vieux ''camarades'' apparaissent d'un coup ici. Dites, vous devez être curieuse a propos du Loveless que j'ai mentionné au tout début de la conversation. Loveless est le nom d'une pièce de théâtre qui est souvent accompagné de poèmes. Hors, j'avais un ami qui me lisait des passages de la dite pièce a tout bout de champs, m'énervant. Même avant les entrainements il en lisait, a un point tel que je connais des passages par coeur et que je me demandais s'il allait lire tout en essayant de me battre. Par contre, il est en anglais, même si je peux vous en réciter un passage, même je préfère ne pas l'entendre ou le lire:

Infinite in mystery is the gift of the Goddess
We seek it thus, and take to the sky
Ripples form on the water's surface
The wandering soul knows no rest.

Ou encore :

Even if the morrow is barren of promises
Nothing shall forestall my return
To become the dew that quenches the land
To spare the sands, the seas, the skies
I offer thee this silent sacrifice.

Ce n'est pas le fait qu'il contient des extraits de poèmes ni les messages cachés qui peuvent parfois me sembler m'être dirigé, mais le fait qu'on me le forçait dans le crâne. Cela et que sa voix était tellement ennuyeuse et énervante en même temps... Puis... Sincèrement, qui aime se faire réciter des poèmes et presque se faire dire dans la figure que cela devrait être seulement sur cela que je me concentre? Même si les poèmes et l'histoire est belle, cette expérience m'a presque entièrement enlevé l'envie de même entendre le nom de la pièce de théâtre.


Il esquissa un petit sourire triste. Genesis lui manquait un peu, mais c'était surtout de la mélancolie, plus que d'autre chose. Il ne manquait pas le souvenir de sa voix, ni sa manière de se prendre en tout temps pour un héros qu'il le battrait. Il préfèrerait rencontrer de nouveau Angeal que Genesis, pour dire. Angeal le respectait au moins dans son envie de silence nécessaire pour tenir un semblant d'humanité et d'être saint d'esprit.

Il déplaça son regard dans la pièce distraitement, un tic pour vérifier qu'il n'y avait pas de danger avant de reporter son regard sur la petit -et vieille d'ailleurs- dame. C'était a son tour d'ailleurs.
[C]

_________________


L'ange a une seule aile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irene Adler
Vers l'infini et au-delà!
avatar

Nombre de messages : 484
Age : 159
Localisation : Au numéro 302, où d'autre?
Humeur : plutôt bonne.
Date d'inscription : 07/07/2011

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 1230 $
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Faisons nous si pitié que cela? (Réservé!)   Mar 28 Fév 2012, 13:48

Irène ouvrit de grands yeux surpris. Il ne connaissait pas Sherlock Holmes ? Pourtant, même ici, même dans ce siècle, il restait une légende très en vue. Elle avait plusieurs fois visité quelques bibliothèques et musées et avait pu voir de nombreuses références, en matière de littérature et de criminologie en particulier, à la vie de son rival et ami. Il avait tout simplement fondé les centres d'intérêt moderne. Cette réflexion manqua de faire louper à La femme une information importante. Ainsi Séphiroth était lui aussi une légende...Ce qui voulait dire qu'au même titre que Holmes, il s'était (avait été?) formé pour un domaine bien précis, et que par conséquent il pouvait logiquement être assez ignorant des choses du monde qui ne se rattachaient pas à cette spécialité...

La belle aventurière se sentit tout de même fière et flattée de partager ce moment intime avec cet être à part. Non pas que le fait qu'il soit célèbre ne la touche, elle n'avait jamais entendu parler de lui auparavant et avait, de toute façon, joué une grande part dans la vie mondaine de son époque, elle aussi, mais ce qu'il se passait à cet instant précis était... Différent. A ce moment précis, Séphiroth n'était pas l'ancien général et militaire de génie, soldat célèbre pour ses prouesses, il était Séphiroth, l'enfant perdu et solitaire de Jenova, en quête d'une oreille attentive pour partager ses peines et l'aider dans sa quête de rédemption. Il avait fait du tort et voulait se racheter. Et cela changeait tout. Une certaine complicité, un certain lien se tissait doucement entre eux, et elle en était heureuse. Elle sentait en elle naître et croitre l'envie de l'aider, de vraiment l'aider.

Il se mit ensuite à reparler de ce Loveless. Sans amour, un nom qui se prêtait bien à la situation. Puis il en cita un passage, s'excusant du fait que les écrits n'existent qu'en anglais... S'il savait... L'anglais était la langue maternelle de l'ancienne actrice, alors l'entendre lui faisait du bien et ne la dérangeait pas le moins du monde, bien au contraire. Surtout que son accent était loin d'être désagréable.

Elle écouta attentivement les quelques vers cités et réalisa qu'ils correspondaient assez bien à la situation du général, à sa quête de rédemption et à son besoin de faire le bien pour se racheter.

Ce n'est pas le fait qu'il contient des extraits de poèmes ni les messages cachés qui peuvent parfois me sembler m'être dirigé, mais le fait qu'on me le forçait dans le crâne. Cela et que sa voix était tellement ennuyeuse et énervante en même temps... Puis... Sincèrement, qui aime se faire réciter des poèmes et presque se faire dire dans la figure que cela devrait être seulement sur cela que je me concentre? Même si les poèmes et l'histoire est belle, cette expérience m'a presque entièrement enlevé l'envie de même entendre le nom de la pièce de théâtre.

Il esquissa un sourire la. Ou, était-ce de la tristesse ? ses anciens compagnons lui manquaient-ils ? Irène avait toujours été solitaire, alors elle n'avait pas de compagnon à regretter, mais et lui, était-ce son cas ?


- Oui, je comprends que cela doive être pénible. Et que vous devez vous sentir bien seul et perdu ici, loin de tout ce que vous connaissez.

Elle avala une nouvelle gorgée de Bloody Mary. Bloody Mary, un nom qui sonnait bien et qui donnait envie de boire ce breuvage. Bien que le goût en lui-même était en fait assez... spécial. Un essai à ne pas retenter trop souvent. Elle grimaça légèrement.

- J'ai voulu tenter le bloody Mary ce soir, et maintenant je saurai que c'est une boisson bien particulière !

Elle rit doucement. C'était à son tour de dire quelque chose, mais elle n'avait aucune pièce à citer comme il venait de le faire. Ou plutôt si, elle en avait, mais trop. Elle avait été chanteuse d'opéra et se souvenait encore de la plupart de ses interprétations et de ses textes, mais elle doutait sérieusement qu'un extrait de Don Giovanni puisse intéresser un ancien général...

" - Eh bien, que voulez-vous savoir d'autre à mon sujet, Monsieur ?", glissa-t-elle dans l'un de ses plus beaux sourires.

[H]

_________________




Un grand merci à Remus et Z pour les chibi-Irene. Je les adore ! Et merci beaucoup à Daffy pour ses superbes avatars ^^


To Sherlock Holmes she is always THE woman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sephiroth
Je veux vivre un conte de fées
avatar

Nombre de messages : 129
Localisation : Dans l'appartement 405
Date d'inscription : 11/03/2011

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 400 $
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Faisons nous si pitié que cela? (Réservé!)   Lun 02 Avr 2012, 18:57

[HJ: Désolé Irène pour le temps de réponse, manque de temps et d'idées... Je vais essayer de reprendre mon activité ici pour pas refaire ce genre de pause inopinément.]

Il eu une autre sourire, un franc lorsqu'il vit la figure qu'elle faisait lorsqu'elle prit une autre gorgée de son Bloody Mary. Il y avait bien des raisons de pourquoi ce n'était pas son favori... Il préférait le whisky, ou plutôt de la vodka encore là, mais il ne buvait pas souvent de l'alcool, malgré le fait qu'il travaillait dans ce lieu comme barman et cuistot... Cette dernière pensée le fit rire a voix basse.

- C'est pourquoi je n'en bois pas d'ailleurs, de Bloody Mary. Ce n'est pas dans mes goûts... personnels. Et me sentir perdu? Pas vraiment non. Je préfère être loin de tout ce que je connais aussi. Car ils me reconnaîtrait et je mettrais les autres en danger probablement lorsqu'ils essayeront de m'atteindre, sauf s'ils osent m'écouter. Et encore. De toute façon, ici, c'est calme et quand il y a des bagarres, ce n'est pas grand chose. Juste des petites broutilles que je peux régler ici et qu'au pire, je peux les séparer si cela devient un peu trop violent. Je me sens plus utile ici que chez moi... Enfin, ce qui était chez moi.


Il pencha sa tête, se faisant penseur. Certes, il voulait apprendre des choses sur Miss Irène, mais cela ne voulait pas dire qu'il savait quoi demander et s'il trouvait, ce qu'il demanderait causerait-il un problème ou non. L'ex-général poussa un soupir avant de secouer la tête doucement.

- Pour être franc, je ne saurais pas quoi vous demander. Peut-être pourriez-vous me parlez de ce Sherlock Holmes? Je suis intrigué, après tout, si c'est une légende, peut-être que d'entendre de ses exploits ou faits va me rappeler une histoire ou simplement m'en apprendre plus sur ce personnage.

Il se croisa les bras sur la table, accotant son menton sur le dos de sa main. L'argenté voulait écouter cette histoire qui risquait d'être passionnante, surtout que son instinct lui disait que ce n'était pas la première fois et une fois qu'elle avait croisée la route à cet homme et risquait ainsi d'en apprendre plus sur elle.

Il se rendait compte également qu'il commençait a se faire un bon montant d'argent, quoiqu'il devait en conserver pour son loyer. Il pensait à peut-être s'acheter un animal bientôt, même si l'animal qu'il avait en tête à l'animalerie avait une apparence et des capacités... hors du commun disons. Un rire léger passa d'entre ses lèvres avant de reprendre la parole.


- Alors Irène, déjà pensée à acheter un des nombreux animaux qui peuple l'animalerie du coin? Ou peut-être vous en avez déjà un?

_________________


L'ange a une seule aile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Faisons nous si pitié que cela? (Réservé!)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Faisons nous si pitié que cela? (Réservé!)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama n’a pas sa place à ici. Nous ne pouvons accepter cela dans une soirée patr
» Pourquoi faisons-nous toujours des mauvais choix?
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Nous voyageons à chaque pas que nous faisons. | Plume d'Ange |
» Dana ~ il n'y a pas de destin, mais ce que nous faisons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
109, rue du Septième Art :: L'immeuble et ses environs :: 
Les environs du 109 : loisirs
 :: Le centre-ville :: Le Rendez-Vous des Coeurs Brisés
-
Sauter vers: