AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 N'est pas mort ce qui à jamais dort... [PV Jen / Adam Pierson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: N'est pas mort ce qui à jamais dort... [PV Jen / Adam Pierson]   Jeu 03 Nov 2011, 19:37

  • Dimanche 30 Octobre.

Finalement, au 501, les choses se passaient plutôt bien.
La Comtesse Mircalla von Karnstein ayant emménagé il y a peu, sa colocataire, et première arrivée sur les lieux, s'était métamorphosée pour elle, bon gré mal gré, en une sorte de préceptrice des arts de la vie quotidienne. N'ayant pas spécialement l'âme pédagogue, Jen faisait force concessions pour ne pas péter un câble quand par exemple, pour la troisième fois, Mircatastrophe oubliait d'éteindre la plaque après avoir fait bouillir de l'eau avec succès. Cependant, la compagnie de la dame avait quelque chose de réellement enrichissant, tant ses us étaient différents de ceux de la jeune new-yorkaise. D'autant plus intéressants, d'ailleurs, qu'ils cadraient avec un imaginaire que celle-ci s'était fait de l'époque dont la Comtesse disait être issue. Parfois, une question venait et elle se montrait soudain évasive, ou parlait en des termes derrière lesquels Jen sentait qu'il se cachait quelque mystère, mais elle jugeait qu'il serait bien temps pour elle de les percer à jour à mesure qu'elles deux s'habitueraient à leur vie commune, ainsi qu'à leurs habitudes et caractères respectifs.
Bien que fort affairée en compagnie de Mircalla, et cherchant activement un moyen de récupérer un petit boulot après avoir été contrainte de quitter le service du
William The Conqueror (lequel avait d'ailleurs changé de propriétaire pendant son absence), la jeune femme trouvait parfois le temps long, et fut fort soulagée de recevoir son ordinateur portable au matin, juste avant de réaliser que si elle voulait profiter longtemps de ce cadeau envoyé par ses lointains amis, il valait mieux qu'elle le mette en lieu sûr, histoire que sa colocataire n'ait pas de geste malencontreux (ce qui n'aurait pas vraiment été étonnant car, bien que loin d'être sotte, Mircalla ne pouvait pas donner la garantie de ne pas dézinguer un appareil aussi récent, fragile et capricieux en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire). C'est donc depuis sa chambre qu'elle mit en route le matos, et se débrouilla pour capter la wifi de l'immeuble, afin d'envoyer un message à un voisin de l'étage du dessous...

Elle avait en effet convenu plus tôt avec Adam Pierson d'un rendez-vous à date indéterminée, afin de fêter d'émouvantes retrouvailles (entre gens qui se connaissaient à peine...) autour d'un verre - ou plus si affinités, puisqu'elle aimait bien le lascar et était plutôt enthousiaste à l'idée de sympathiser davantage. L'occasion était belle : on entrait dans la période de Samain, que Jen affectionnait particulièrement depuis son enfance.
Déjà petite, elle s'était sentie attirée par cette histoire de monstres déambulant dans les rues. Loin d'être farouche, elle avait parfois fait le mur, alors qu'elle était encore à l'orphelinat mais ne jouissait pas de l'autorisation de sortir le soir, afin de pouvoir regarder les processions fantasmagoriques. Les gens sous leurs déguisements lui apparaissaient comme étant tous au même niveau, comme s'ils faisaient tous parie d'une grande famille ou quelque chose comme ça. En somme, Halloween, version moderne des cérémonies des anciens temps, avait éveillé chez elle un sentiment d'envie pourtant pas négatif. Plus tard, en prenant de l'âge et en comprenant plus de choses tout en ayant la possibilité de se documenter, elle avait eu un aperçu des origines de cette fête païenne, et s'était prise à rêver sur la possibilité d'une vérité là-derrière. Elle sentait déjà, d'une certaine façon, que le sentiment étrange qui l'habitait durant cette période de l'année n'était pas dû qu'à l'approche de cette fête qu'elle aimait tant. Il s'agissait de quelque chose de plus. Et bien qu'ayant les pieds sur terre, Jen aimait bien se plonger dans ce type de rêveries à caractère mystique, comme si elles contenaient quelque chose de rassurant en quelque sorte.
Elle savait aujourd'hui qu'une part d'elle-même, non humaine, expliquait certainement beaucoup de choses ayant trait à cet état de fait.

Et il était à prévoir que les prochains soirs attireraient un certain nombre de gens si d'aventure, les locaux aimaient autant célébrer Halloween que la jeune new-yorkaise.
Autant anticiper l'éventuel afflux de monde dans les rues, en prenant le temps de se poser un peu plus tranquillement, avant les réjouissances qui verraient peut-être sortir de leurs demeures des hordes de monstres et autres êtres faussement malfaisants. Histoire de faire d'une pierre deux coups, elle se décida pour le
William The Conqueror, dont il avait été initialement question. Y aller en tant que cliente lui permettrait de faire un semblant d'état des lieux et peut-être de se montrer un petit peu dans la perspective d'une demande d'emploi, sait-on jamais.

Une fois la virtuelle missive délivrée à son destinataire, Jen camoufla son précieux cadeau hors de la portée de mains trop curieuses, et entreprit d'assurer son intention en griffonnant un mot sur un papier, comme prévu initialement.



Je t'attends au Conqueror ce soir a 20h, j'espere que tu aimes le rhum. Prevois des cachetons contre la migraine, au cas ou tu devrais me tenir le crachoir jusque tard dans la nuit.

PS : sois la ou je dynamite ta porte pour venir te chercher, ta coloc pourrait gueuler.
Jen


Pliant le papier en deux, elle indiqua « 
@ Adam Pierson » sur un rabat, se munit d'une punaise et s'en alla placer le billet sur la porte de son « invité » à l'étage du dessous, n°402.



Bien plus tard, un peu avant l'heure convenue, la demoiselle se trouvait au bar du
William The Conqueror, vêtue pour l'occasion d'un total look cuir noir néanmoins féminin, allant des bottes au blouson en passant par le pantalon et le collier, sur un t-shirt vert kaki, lequel arborait en imprimé blanc un « Industrial Horror Picture Show » du meilleur goût.

Il y avait pas mal de monde dans la salle ce soir-là, et bien que le bar n'ait de toute évidence pas pour vocation d'accueillir des habitués des festivités irlandaises de circonstance, un petit groupe de clients amassés dans un coin donnait déjà le ton : dissimulés par de larges capuches ombrageuses, par de grosses citrouilles ou par des masques divers (à moins que tout cela ne soit en fait leurs vrais visages, ce qui n'aurait guère été surprenant au vu de la population du cru), ils buvaient et complotaient quelque méfait dans une agitation relativement discrète au demeurant.

Le barman posa un grog devant Jen, et celle-ci, en le remerciant, consulta sa montre : il était 19h55. C'est donc dans la sérénité et la bonne humeur qu'elle entama sa consommation.
Elle avait hâte de pouvoir partager son excitation face à la venue de la nuit où, dit-on, le voile entre les mondes est le plus mince, et où toutes sortes de héros anciens et de créatures venues du fin fond des mémoires et des songes, refaisaient leur apparition sur la terre des hommes. Ainsi que la jeune femme en avait souvent rêvé, et ainsi qu'elle l'avait en quelque sorte fait elle-même, en sens inverse, en parcourant des terres foulées par maints démons et chimères.
Elle espérait donc que son compagnon du soir improvisé allait répondre positivement à l'invitation lancée, ne serait-ce que parce que, d'une certaine façon, sa bouille d'illuminé inter-séculaire lui avait manqué.
Spoiler:
 

[H]


Dernière édition par Jennifer Tate le Jeu 03 Nov 2011, 22:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Adam Pierson
En phase avec les Oumpa Loumpa
avatar

Nombre de messages : 216
Date d'inscription : 02/03/2011

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 455 $
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: N'est pas mort ce qui à jamais dort... [PV Jen / Adam Pierson]   Jeu 03 Nov 2011, 22:04

N'importe qui étant une connaissance de Methos dans le monde moderne s'entendait pour dire que l'homme était des plus enfantins. Duncan aurait probablement été le premier à le crier sous tous les toits. Ayant vécus ensemble pendant quelques temps, les deux hommes avaient eu le temps de prendre la température et celle d'Adam avait toujours été bouillante. Il aimait s'amuser. Quand l'entourage avait de la chance, il s'amusait à ses propres dépends. Quand la malchance sonnait, il s'amusait aux dépends des autres. La dernière option était, pour le désespoir de tous, la plus fréquente. Vieux jeu et possédant un certain égo, il ne riait de lui que lorsque la plaisanterie était inévitable. Sinon, il se contentait d'ironiser ou de ridiculiser ses amis et moins amis. L'ironie était son arme préférée, même s'il s'agissait d'une épée de Damoclès à double-tranchant. Il avait autant de risques que les autres de la recevoir en pleine tête. Oh et il assumait comme un grand garçon.

Le matin même du 30 octobre, il s'était réveillé d'excellente humeur. Durant sa longue vie, il avait eu l'occasion de voir de nombreuses fêtes d'Halloween ou toutes autres appellations, ce qui le rendait nostalgique, mais aussi excité. Comme un gamin. Comme un enfant qui n'attend que ça: sortir à l'extérieur déguisé et demandant des bonbons. Pourtant, lui, il n'avait jamais vécu cela. Lorsque la fête avait pris ce tournant, il était déjà adulte depuis longtemps et n'avait donc pu faire l'expérience d'une telle soirée. Il s'était néanmoins obligé à donner des bonbons aux plus jeunes, se disant qu'il y avait au moins cette façon pour s'amuser grandement. Quoi de mieux on se le demande. Depuis qu'il était au 109 par contre, il n'avait plus distribuer. Peut-être était-ce parce qu'il habitait un immeuble et que donner des bonbons dans ces conditions représentait quelque chose d'un peu plus compliqué.

Réveillé ou pas, il paressa dans son lit, n'ayant aucune presse de quitter son nid douillet. Après tout, il devait faire la vaisselle et les tâches ménagères n'avaient jamais été son point fort. Pourtant, l'appartement était toujours brillant de propreté. Adam faisait la grande majorité du ménage. Sa colocataire ayant un travail assez demandant, il n'aurait jamais osé lui laisser tout le travail domestique. Il y avait tout de même des limites à la paresse.

Quelques heures plus tard, décidant qu'il était temps de se lever et d'arrêter de jouer les morts – l'Halloween n'étant que le lendemain de toute façon – il s'habilla d'une simple robe de chambre sur ses caleçons, puis fit le tour de l'appartement, nettoyant ce qu'il trouvait trop sale et – bien évidemment – lavant la fichue vaisselle qui le fit grincer des dents plus d'une fois. Lorsque cette tâche fut finalement terminée, il sortit les poubelles et pu ainsi voir le charmant mot de sa voisine du bas. Il eu un sourire. Il allait refusé. Nan, pas du tout. L'idée lui plaisait atrocement et puisque Evita ne serait pas à la maison, il pouvait bien sortir prendre un peu de plaisir pour lui-même. Il se permit même un rire en lisant la dernière phrase. Pas sur qu'Evita aimerait qu'une inconnue ne vienne défoncer sa porte à cause de lui.

Décidant qu'une pause de ménage lui ferait du bien, qu'un verre – il n'avait pas bu depuis longtemps, ce qui pour lui qui adorait la bière restait étrange – serait plus que le bienvenu et qu'une bonne compagnie serait très certainement agréable. Il alla se changer. N'ayant jamais réellement porter attention au décret disant que quand tu sors t'essaie au moins de t'habiller pour ne pas avoir l'air idiot, Adam se contenta de mettre un pantalon et un chandail de laine confortable, comme il avait toujours eu l'habitude. Ce n'était pas aujourd'hui qu'il allait changer ses habitudes. Prenant son long manteau et sortit de son appartement pour rejoindre Jennifer à l'heure.

Le chemin se fit très bien pour lui, aucune inquiétude, simplement l'excitation d'HAlloween qui approchait, mais surtout le plaisir de gamin qu'il avait à enfin sortir de chez lui. Lorsqu'il arriva au bar en question, il repéra assez facilement Jennifer puis se dirigea vers elle discrètement.


« Alors, on s'amuse sans moi ? »

Demanda-t-il tout près de l'oreille de la jeune femme avant de se laisser tomber dans un siège, un sourire jusqu'aux oreilles et une lueur d'amusement dans les yeux qui ne voulait dire qu'une chose: il était de très bonne humeur et Jennifer était vraisemblablement devenu sa « victime ». La soirée promettait d'être intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: N'est pas mort ce qui à jamais dort... [PV Jen / Adam Pierson]   Ven 04 Nov 2011, 00:20

Quel bonheur, cette ambiance de douce insanité qui flottait déjà dans l'air à l'aube d'une nuit d'innocents cauchemars. Jen songeait à cela en contemplant l'obscurité du soir tombé, par une des fenêtres du bar qui dégageait déjà en lui-même une atmosphère étrange et hasardeuse. Bien que d'un autre genre, celle qui emplissait les rues lorsqu'on y marchait imprégnaient vos vêtements, s'emmêlait dans vos cheveux, se tatouait sur votre peau et finissait par se refléter dans vos yeux. Faisant son chemin vers le lieu de rendez-vous, à travers la nuit qui avait déjà assombri le ciel depuis longtemps et la lumière diaphane des éclairages civils, la jeune femme l'avait ressenti une nouvelle fois, avec le plus grand délice. Elle se sentait électrisée.

Sise dans un intérieur qu'on ne pouvait qualifier de réconfortant, mais néanmoins plus chaud que le froid qui avait jeté ses nappes à l'extérieur, la demi-démone laissait libre cours à sa rêverie en plongeant son regard dans les fumeroles qui montaient de sa tasse de grog, quand une voix familière s'éleva, toute proche...
Jen sursauta légèrement. Elle était tellement absorbée dans ses méditations sur la nature et la magie de la nuit à venir qu'elle n'avait pas du tout senti l'approche d'Adam, ce qui en soit l'avait un peu brusquée. Heureusement, celui-ci avait la chance d'avoir le genre de voix qui a plutôt l'effet inverse, et le ton utilisé la mit vite sur le chemin d'une humeur similaire.

Se tournant vers son interlocuteur sans lui répondre tout de suite, elle lui adressa un regard de léger reproche, que son sourire enjoué adoucissait et communiquait un état d'esprit tout aussi joueur.


- J'ai vraiment l'air de m'amuser tant qu'ça ? T'as de la chance de pas être en retard, j't'aurais appris c'qu'il en coûte d'arriver en traître comme ça...

Évidemment, il était clair, à la voir, qu'elle ne nourrissait pas la moindre rancune. Cependant, étant du genre à rendre tous les coups, il fallait s'attendre à ce qu'elle se souvienne de celui-ci et le fasse payer au comptant – c'est à dire, d'une manière qui présageait pour Adam une belle partie de jeu du chat et de la souris.
Se calant un peu mieux sur son tabouret, elle enchaîna pendant que son comparse prenait place lui aussi.


- Ca fait bizarre de t'revoir pour de vrai. Figure-toi que cette nuit, j'ai rêvé que tu te prenais encore une fois pour Spiderman en voulant rentrer par la fenêtre, mais que tu te loupais et que tu t'embrochais sur un pylône comme un marshmallow sur une brochette avant qu'on l'grille.

Elle but précautionneusement une gorgée de sa boisson encore brûlante, grimaçant légèrement avant d'afficher un air ravi, dégustant autant que faire se pouvait la simple sensation du breuvage chaud qui irradiait en la réchauffant de fort agréable façon.

- Alors, raconte-moi, il t'es arrivé quoi pendant que j'étais partie ? T'as encore fait péter les muscles pour aider les demoiselles en détresses ou t'as préféré développer ton habileté à te défoncer les orteils avec les pieds des meubles ?

Elle le provoquait gentiment, à sa bonne habitude lorsqu'elle conversait avec des amis. La différence ici était qu'on ne pouvait dire qu'Adam était son ami, en vérité : le fait était qu'ils n'avaient pas échangé grand chose lors de leur première (et unique) rencontre, juste ce qu'il fallait d'usages convenus tels le nom complet, un échange de données pour se recontacter au cas où, mais rien de très personnel. À dire vrai, Jen ne savait rien de lui, pour ainsi dire. Jamais ils n'avaient abordé leur passé, par exemple. Tout au plus la jeune femme savait-elle qu'Adam était arrivé au 109 avant elle, et lui qu'elle était originaire de New-York...
Singulière était l'impression qu'elle avait de lui. Il lui arrivait de ressentir une proximité étonnante lorsqu'elle conversait avec l'immortel, comme s'ils se connaissaient de très longue date, mais avaient simplement gardé de cette ancienne connaissance de l'autre une affinité diffuse, sans repères factuels, sans expériences communes. Il était pourtant honnête de considérer qu'elle n'aurait pas rechigné à en savoir davantage, quitte à se dévoiler un peu plus elle-même, bien qu'elle ait, comme la plupart des gens, ses limites en la matière.


[H]


Dernière édition par Jennifer Tate le Ven 04 Nov 2011, 01:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Adam Pierson
En phase avec les Oumpa Loumpa
avatar

Nombre de messages : 216
Date d'inscription : 02/03/2011

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 455 $
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: N'est pas mort ce qui à jamais dort... [PV Jen / Adam Pierson]   Ven 04 Nov 2011, 00:57

Il eu un petit rire joueur.

« Ah oui ? J'arriverai en retard la prochaine fois. J'aimerais bien voir ce qui advient aux « traîtres » comme tu le dis si bien. »

Il commanda un breuvage chaud à son tour à son tour, sans perdre rien de son éclat. Il s'installa 'confortablement' sur son tabouret et tourna la tête vers son interlocutrice, croisant ses doigts sur le comptoir. Il ne la connaissait pas vraiment, pas du tout même. Ils ne s'étaient vu qu'une fois et c'était lorsqu'il avait 'choisit' de l'aider dans son déménagement. Sa première impression avait été qu'elle lui semblait complètement folle. Trait qui avait attiré sa sympathie immédiatement. Il aimait son caractère enjoué. Il y avait si longtemps qu'il n'avait eu une compagnie aussi enthousiaste qu'il avait l'impression de rajeunir en sa compagnie. Chose assez rare et exceptionnelle dans son cas.

Il porta une oreille attentive à ses paroles et eu un sourire amusé. Ainsi donc elle rêvait de lui. Chose plutôt cocasse puisqu'elle le voyait mourir embroché. Pas tellement réjouissant, mais puisqu'il ne pouvait mourir, peut-être songerait-il un jour à se jeter du toit pour l'effrayer. Enfin...il faudrait bien viser et s'assurer de ne pas toucher son cou. Il y réfléchirait à deux fois en fait, parce qu'il était certain que ça devait faire mal.


« Tu sais que t'es réjouissante ? » lança-t-il d'une voix où vibrait le rire.

Lorsqu'il reçut enfin son breuvage, il remercia gentiment le barman, revenant rapidement à son amie comme si rien n'était venu les interrompre. Il l'écouta parler et le souvenir de leur rencontre lui revint en mémoire. Son orteil eu une certaine douleur fantôme, mais il se contenta de boire une gorgée avant de rétorquer quoi que ce soit. C'était bon. Ça faisait longtemps. La sensation de la boisson dans sa gorge le fit ciller. Chez Byron, il s'agissait d'un luxe qu'il se permettait à chaque secondes, à chaque minutes, à chaque heures.

Il put une autre gorgée pour faire passer la nostalgie qui venait de le prendre à la gorge. La vieillesse lui faisait cet effet. Les souvenirs, les émotions, tout était si clair, si fort, si présent. Il n'arrivait que très rarement à s'en défaire.


« Ça veut dire que si tu me trouvais embrocher tu ne ferais rien pour m'aider ? »

Aussi idiote que semblait cette question, il saurait au moins si elle le décrocherait ou si elle rirait. Information tout de même importante vu sa position. Il pouvait ressusciter, mais c'était toujours plus facile avec un petit coup de main.

« Ce que j'ai fait ? Je me suis fait poussé dans le fleuves par des imbéciles et j'ai faillit me faire électrocuter dans un voisin pendant que j'essayais de faire mon lavage. »

Il attendait de voir sa réaction. Il ne mentait pas. Le premier événement l'avait tué. C'était un jeune garçon bien agréable qui l'avait aidé à sortir du fleuve. Le deuxième l'avait quelque peu terrorisé. Kurgan était un Immortel, chose pas très bonne pour lui, mais en plus, il était de cette sorte de psychopathe qu'on ne souhait pas avoir comme voisin.

« Et toi ? »

Il lui servit un sourire d'ange en conclusion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: N'est pas mort ce qui à jamais dort... [PV Jen / Adam Pierson]   Ven 04 Nov 2011, 03:07

Décidément, ce type était bizarre.
Sans doute aurait-on pu objecter que Jen aussi avait sa bizarrerie propre. Une fille avec un look comme le sien, larges bracelets en métal et autres accessoires en cuir à l'appui, et pourvue d'un langage assez peu commun aux jeunes filles de bonnes mœurs, parfois cela éveillait une certaine méfiance, voire de l'hostilité chez certains. D'aucuns la pensaient certainement droguée ou habituée de bouges où se traînaient un bon paquet de rebuts de la société, du moins c'était l'image qu'elle avait pu avoir lorsqu'elle résidait encore à la Grande Pomme, maquée au chanteur d'un groupe de métal et serveuse dans un bar/salle de concert du même genre... Pourtant jamais elle n'avait touché à la drogue (sinon un petit joint de temps en temps dans des soirées entre copains, et encore, ce fut rare), et n'était pas spécialement dépravée aux dires de son entourage qui ne l'était pas vraiment non plus.
Elle accordait toujours le bénéfice du doute aux gens pour cette simple raison. Être cataloguée au premier coup d'œil avait trop souvent durci sa vie, et elle avait très tôt appris à ne pas faire de même, par simple principe d'abord, par curiosité envers l'être humain ensuite.

Cependant, les réaction d'Adam lui avaient toujours paru prendre le contrepied de la normalité, que ce soit volontaire ou non d'ailleurs. Manifestement, il avait un certain goût pour les joutes verbales, et bien qu'ils n'en soient pas à s'affronter pour de vrai, il semblait à Jen qu'ils en auraient souvent l'occasion, elle-même aimant particulièrement les jeux de répartie. De toute façon, tant que personne ne se vexait, c'était le genre de petits plaisirs que l'on pouvait consommer sans modération, n'est-ce pas ?

Elle ne répondit rien à sa première provocation, préférant en sourire en replongeant ses lèvres dans le liquide fumant, un sourire aux lèvres. Un sourire qui demeurait énigmatique, mais qui chez elle, signifiait souvent que le défi était accepté, et qu'elle comptait bien vaincre. Qu'il se pointe à la bourre une prochaine fois, et avec l'aide d'un grand coup de rangers, il se découvrirait de nouveaux os pas très loin de son fondement, dont il ignorait jusqu'à l'existence...

Elle rit ensuite face au qualificatif employé. « Réjouissante », oui, certainement... Évidemment, s'il s'attendait à ce qu'elle rêve de lui nu sur un lit de satin couvert de pétales de roses, il était loin du compte ! Cependant, là encore, les pensées de la jeune femme s'apparentaient plus à la plaisanterie qu'à de véritables soupçons. Ignorant beaucoup de choses sur son interlocuteur, elle pouvait toujours supposer qu'il caressait la perspective de la faire tomber dans ses bras, mais elle n'y pensait pas vraiment. Et puis après tout, elle sentait bien que l'anecdote l'amusait plus qu'elle le décevait, ce qui était suffisant.
Mais la question qui vint ensuite révélait une nouvelle fois l'inclination qu'Adam paraissait avoir pour les jeux du verbe et de l'expression visible. Il fallait là se mettre en situation selon un contexte des plus saugrenus : que ferait-elle s'il advenait qu'elle le trouve fiché sur une pique ou tout autre relief perçant... ?
Sur le coup, Jen fronça légèrement les sourcils, se demandant s'il attendait vraiment une réponse à cette question ou non... Après quoi, reprenant un air faussement neutre, elle lança :


- Mmh, laisse-moi réfléchir, je te rends ma copie un peu plus tard.

S'il cherchait à la tester, il verrait qu'elle savait brouiller les pistes et se dérober aux interrogatoires lorsque l'issue d'une confession n'était pas suffisamment sûre. Cette première réponse en était un exemple, puisqu'elle avait pris le parti de répondre sur le même ton : à question absurde, réponse absurde.
Elle le laissa ensuite répondre pour écouter les quelques nouvelles qu'il avait à lui donner. Et elles n'étaient pas banales ! Bien qu'il semblât qu'Adam choisisse les meilleurs morceaux de la période concernée (il n'avait pas dû lui arriver que cela en plus de quatre mois...) on ne pouvait pas dire qu'il n'avait coulé que des jours tranquilles.
Haussant un sourcil pour seule preuve de sa stupéfaction, Jen parut dans un premier temps se demander s'il se fichait d'elle ou non, s'il s'agissait encore d'une phrase teintée d'absurdité destinée simplement à poursuivre le jeu initié plus tôt. Pourtant, en le regardant quelques secondes dans les yeux, elle vit qu'il disait la vérité, aussi improbable soit-elle. Elle commença alors à grimacer.
Jen détestait apprendre que quelqu'un s'en était pris à une personne qui l'avait aidée à un moment donné de sa vie, quelle que soit l'importance du service rendu. En outre, savoir que des abrutis capables de faire du mal à d'autres gens de cette façon rôdaient dans le coin écornait un peu l'image vaguement idyllique qu'elle s'était faite de son nouvel environnement. Mais après tout, c'était moins pour elle-même, que pour les personnages étonnants autant que manifestement sans défense qu'elle avait croisés ici qu'elle se faisait du mouron. Oh, nombre d'entre eux recélaient certainement autant de talents cachés que de défauts, mais pour la tranquillité de tous, elle aurait préféré s'autoriser la pensée que l'adage « il y a des cons partout » n'avait pas sa place dans cette ville.

Détournant vaguement le regard avec un air courroucé, elle se demanda quel était ce fameux voisin qui avait failli tuer Adam en l'électrocutant, histoire qu'elle garde un œil dessus jusqu'à trouver un bon prétexte pour lui apprendre deux ou trois notions de civisme (selon ses méthodes à elle, assez peu catholiques, surtout depuis son voyage dans les autres mondes d'Oblivion).
Mais elle n'eut pas le temps de se renseigner auprès d'Adam, car celui-ci lui retournait la questions avec la mine typique du gars qui vient de sortir un truc accablant, et s'enorgueillit d'un rebondissement d'humeur direct. Jen eut un sourire un peu aigre face à ce sourire béat, car de toute évidence, à en juger par son expression assombrie, ce que venait de lui dire Adam ne l'amusait pas du tout. Au contraire, on sentait poindre son désir d'aller mettre une belle trempe aux imbéciles en question. Adam était un grand garçon, certes, d'ailleurs elle ne savait pas quel âge il avait mais il avait l'air plus vieux qu'elle; c'était moins pour le venger que par simple plaisir bestial d'en découdre avec des décérébrés qu'elle ressentait ce désir.


- Moi ? Ben... T'as lu mon article sur mon blog, hein. J'étais à New-York. Avant d'arriver au 109, j'ai fait un... un drôle de voyage, dirons-nous. Les dernières nouvelles que mes amis avaient de moi et de mon petit-ami c'était quelque chose comme « ils sont tous les deux dans le coma à l'hosto, les médecins sont peu optimistes, vous feriez mieux de vous préparer à leur dire au revoir au cas où ».

Elle s'interrompit, et baissa les yeux sur sa tasse. Peut-être Adam n'avait-il pas grand chose à faire de tout cela. Résolvant de boire une ou deux gorgées avant de continuer, elle s'exécuta, puis reposa sa tasse. Du bout des doigts, elle la fit alors tourner par à-coups sur la surface du zinc, un peu nerveusement.
Il avait été douloureux de prendre conscience de ce qu'il s'était passé du point de vue de son entourage new-yorkais, mais plus encore de replonger dans ses souvenirs. Inéluctablement, ç'avait été synonyme d'un interrogatoire pour savoir ce qu'était devenu Lewis. Et ainsi, l'occasion de voir que personne, pas plus qu'elle, ne le savait. Elle était allée à New-York avec l'espoir que l'un d'entre eux pourrait la renseigner, lui communiquer quelque chose à son propos, n'importe quoi, ne serait-ce qu'un « il paraît que »... Mais non, rien. Personne ne savait. Et il n'était plus à l'hôpital où son corps, comme celui de Jen elle-même, avait séjourné après l'accident qui les avait tous les deux précipités dans leur incroyable et funeste aventure à travers Oblivion.

Un silence pesant s'était posé sur les lèvres de la jeune femme dont le regard demeurait perdu dans d'insondables profondeurs. Mais elle les releva bientôt vers Adam, tentant de masquer sa tristesse et sa déception par un sourire malgré tout un peu trop fade.


- En tout cas, je les ai rassurés sur mon état. Ils étaient contents de voir que j'allais bien, et ça m'a fait du bien de les voir rassurés. Ils ont insisté pour marquer le coup parce que je leur avais dit que je reviendrais ici assez vite... Alors bon, les nuits ont été longues. Ils m'en ont raconté des trucs ! Ça faisait plusieurs années qu'ils avaient appris que je n'étais plus en observation à l'hôpital, mais pour moi c'était comme si c'était y a seulement quelques semaines.

Elle se rendit soudain compte du point certainement trop lointain où elle était en train de s'aventurer et se rattrapa prestement aux branches :

- Enfin, j'veux dire, quand t'es dans le coma, tu t'rends pas compte du temps qui passe, alors... Euh... Bref. Certains de mes amis se sont mariés, dont deux qui étaient déjà en couple la dernière fois que je les avais vus. Ça fait vraiment plaisir. Ils ont l'air de tous s'en sortir plutôt bien. Je peux revenir ici et recommencer une autre vie maintenant !

Elle avait fini sa phrase sur un ton joyeux, mais se dépêcha de boire la fin de son grog d'un trait pour masquer quelque chose de différent. Suite à quoi, elle fit signe au barman pour qu'il prenne une nouvelle commande. Se tournant vers Adam, elle lui demanda vivement :

- On s'prend une bouteille de rhum ? J'ai envie de boire, là.

Elle ajouta avec un sourire rieur :

- Y paraît que j'suis drôle quand j'bois... Et j'ai bien envie de voir c'que ça t'fait comme effet.

[H]
Revenir en haut Aller en bas
Adam Pierson
En phase avec les Oumpa Loumpa
avatar

Nombre de messages : 216
Date d'inscription : 02/03/2011

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 455 $
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: N'est pas mort ce qui à jamais dort... [PV Jen / Adam Pierson]   Lun 14 Nov 2011, 05:52

Adam avait eu l'occasion d'avoir plusieurs relations amicales depuis sa naissance. Plusieurs n'étant probablement pas un mot assez fort pour réellement décrire la liste d'amis qu'il s'était fait. Bien entendu, la plupart étaient mort désormais, puisqu'il se faisait un point d'honneur à n'avoir que des amis mortels. Même si leur mort lui faisait mal, il n'avait pas de risquer de se faire décapiter pour ses pouvoirs. Enfin, ce n'était pas comme si Duncan allait un jour lui sauter dessus pour cette raison. Après tout ce qu'ils avaient vécu, Adam lui en voudrait de changer subitement d'avis et aurait préféré qu'il ne lui coupe la tête au temps de Kalas. Heureusement, il avait vécu en assez bons termes avec son ami pour savoir qu'il ne risquerait rien. Il s'agit probablement du seul Immortel sur lequel il pouvait compter sous tous les angles.

Quant à ses amis mortels et humains, ils avaient tous été différents, ils avaient tous donné un petit quelque chose à Adam. Certains lui avaient donner de l'humanité, d'autres de la force, d'autres du courage. Son humour ne lui avait malheureusement été donné par personne. C'était tout ce qu'il y avait de plus naturel et majoritairement, personne n'aimait réellement ça. Bien sûr, ses blagues avaient leur côté amusant parfois, mais la grande majorité du temps, son humour était trop noir pour réellement plaire. Quoiqu'il n'en faisait pas grand cas. Il était ce qu'il était et le commun des mortels étaient bien mieux de l'accepter ainsi au lieu de se battre pour le changer. Methos ne serait changé par personne d'autre que lui-même.

Jennifer était différente. Proche de Duncan et pourtant si éloignée. Même s'il ne savait rien du tout sur le compte de la jeune femme, il se sentait néanmoins très bien avec elle. Il pouvait boire, il pouvait rigoler, il pouvait être sarcastique. Être lui-même finalement était beaucoup plus facile. Même s'il n'était toujours pas prêt à déballer sa vie devant cette inconnue, il lui faisait plaisir de l'envahir sans prévenir ou même de venir se saouler avec elle. Quant à sauter de sa fenêtre pour la surprendre, il attendrait. Pourquoi ? Parce qu'elle venait d'éviter avec un certain talent sa question. Chose à laquelle il sourit. Après tout, étant professeur, la réplique de son amie lui semblait réellement ridicule. Chose qu'il allait taire, connaissait la légère susceptibilité de la gamine devant lui – gamine pour lui évidemment.


« J'espère qu'elle sera sans fautes cette copie, car je suis intransigeant. Et n'oublie pas la date d'échéance. Si tu veux pas zéro, faudrait faire attention. »

À réponse absurde venait s'ajouter une autre réponse absurde. Adam était assez doué dans le même domaine. Comme quoi ils étaient fait pour s'entendre ! Pourtant, il n'avait pas insister et ne reviendrait probablement pas sur le sujet avant un long moment. Peu lui importait. Il lui fallait juste éviter qu'elle ne se plaise à le pousser n'importe où, sinon il avait de fortes chances d'y rester coincé.

Puis, il se plut à l'analyser, à examiner la moindre de ses réactions. Après tout, ce qu'il lui avait révéler sur ses faits et gestes en son absence étaient fait pour susciter quelques exclamations. Un froncement de sourcil et une grimace lui répondirent au premier abord. Touché, la curiosité semblait avoir été touché. Il n'était pas encore sûr que c'était de la bonne manière, mais il avait quelque temps pour réfléchir aux réponses qu'il était à même de donner et à celles qu'il garderait pour lui. Pour se protéger, mais aussi pour la protéger.

Le fait que ses yeux se détournent avec un air vaguement courroucé attira également son attention. Décidément, les réactions de sa partenaire de beuverie devenaient intéressantes. Il n'en attendait pas moins d'une fille aussi expressive qu'elle, mais il aurait presque cru qu'elle était frustré que quelqu'un lui ait fait du mal. Il trouverait cela touchant, mais étrange. Sa mine plus sombre lui dit d'ailleurs que malgré son ton léger, la jeune femme ne l'avait pas pris aussi allègrement. Fallait calmer ses nerfs la belle, c'était que des idiots. Adam oubliant parfois que même si lui-même se savait immortel, ce n'était pas le cas des autres. Heureusement, aucune autre question ne put lui parvenir, il aura à dire merci à son propre sens de la répartie qui avait obligé Jennifer à parler d'elle-même en le laissant de côté.

Quoiqu'il ne s'agissait peut-être pas de son meilleur mouvement au vu de la tristesse qui assombrit rapidement ses traits. Ainsi donc la jeune femme cachait, comme lui, des moments bien plus sombres. Non pas que ça l'étonnait, même les mortels pouvaient souffrir, mais elle lui semblait toujours tellement enthousiaste et heureuse...

Il se tourna finalement vers le barman, ayant pris soin de ne pas commenter ses malheurs. Il avait bel et bien paru à l'écoute pendant tout le temps, mais il s'était dit que comme c'était privé, valait mieux laisser ça privé. Il avait beau adorer vers son paparazzi, il se sentait civilisé cette journée-là.


-Comme la dame à dit et sur ma note je vous prie.

Commanda-t-il sans perdre du tout l'immense sourire qui se raccrocha brutalement à lui.

-Je t'avertis, je suis très résistant, mais j'ai bien hâte de te voir saoule. Ça risque d'être amusant.

Il eu un petit sourire et brandit son verre vers elle lorsqu'il l'eut en main, quémandant de ce fait qu'ils trinquent.

-Merci, de m'avoir invité. Je ne suis sortit que très peu depuis mon arrivée ici et j'en avais vraiment besoin. Être conseiller à la mairie c'est pas toujours marrant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: N'est pas mort ce qui à jamais dort... [PV Jen / Adam Pierson]   

Revenir en haut Aller en bas
 
N'est pas mort ce qui à jamais dort... [PV Jen / Adam Pierson]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» N'est pas mort ce qui a jamais dort... [Post CLOS]
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
109, rue du Septième Art :: L'immeuble et ses environs :: 
Les environs du 109 : loisirs
 :: Le parc
-
Sauter vers: